jeudi 16 juillet 2015

Tour des Ailefroides

Nous devions initialement partir dans le massif du Mont-Blanc mais le peu d'enfants inscrits et les difficultés de réservation dans les refuges nous ont fait opter pour les Ecrins.
Comme ils n'étaient que trois, mais quels trois, nous avons opté pour un "petit" tour des Ailefroides.

Après un départ pas trop matinal de Tende, nous sommes allés jusqu'au parking d'Ailefroide dans les Hautes-Alpes. Un rapide tour des sacs et nous voilà partis pour le refuge du Sélé où Raoul le gardien sait recevoir. Les 1000m de dénivelé n'ont pas posé de problème (heureusement pour la suite) et c'est frais comme des gardons que nos trois compères sont arrivés sur la terrasse du refuge non sans avoir rattrapé quelques groupes au passage.

Première mauvaise nouvelle du séjour, l'heure de levé du deuxième jour. Et oui on est là pour faire de l'alpinisme et l'objectif du jour c'est de rejoindre le refuge de la Pilatte après avoir fait un aller retour au sommet des Bœufs Rouges depuis le col du Sélé. Bref levé 3h pour un départ à 3h45, ils sont plutôt opérationnels nos trois loustiques. C'est donc bon train que nous remontons le glacier du Sélé jusqu'au col éponyme.

Il faudra une bonne pause au col pour que tout le monde se remotive pour aller au sommet. Une fois sur l'arête ça file, on rattrape du monde, on en dépasse et on atteint le sommet pour apprécier le panorama.

De retour au col, une petite sieste s'impose, ça laissera le temps à la neige de ramollir comme il faut et c'est en ramasse à fond de glissade que nous rejoindrons le refuge de la Pilatte où, Oh magie des lieux ! il y a une table de ping-pong qui ravira Axel et Nils. Nous qui croyions qu'ils allaient tomber et faire la sieste, que nenni, et après le ping pong, c'est au tour du tarot, croyez moi un stage avec des adultes c'est plus reposant.


Comme les "mauvaises nouvelles" se suivent et se ressemblent, on hérite d'un lever à 4h. Une heure de sommeil en plus ce n'est pas rien. Aujourd'hui on file au Gioberney par l'éperon Nord-Nord-Est.




Encore une fois ça n'a pas traîner, à la montée ils marchent bien, sur l'arête ils ressemblent plus à des bouquetins qu'à des enfants et à la descente ils ont littéralement atomisé toutes les cordées qui nous précédaient. Faire les nouilles sur la neige et dans les vires, ça laisse quelques séquelles aux cuisses. Pas de soucis, pour récupérer, quelques parties de ping-pong, une crêpe au nutella et on peut se remettre en route pour le refuge de Temple Écrins. Il y aura bien une petite sieste au bord du chemin avant d'attaquer la montée au refuge mais faut-il vraiment en tenir compte !!!

Cette fois-ci la poire sera coupée en deux ni 3h, ni 4h mais 3h30. Axel et Nils commencent à fatiguer (ça nous semble un peu normal finalement) alors que Méred est en pleine forme et ne demande qu'à lâcher les freins (4 ans d'écart à ces âges là ça compte beaucoup). Il y aura donc deux équipes. Axel, Nils et Philippe se contenteront de passer le col de la Temple pendant que Méred et Yann irons jusqu'au pic Coolidge.

Les "petits" ont pris leur rythme et il leur faudra juste 2h30 pour gagner le col. Méred et Yann, quant à eux, se sont lancés dans une course folle puisqu'ils ont atteint le sommet en 3h15 depuis le refuge.
Hasard des timings, on se retrouve au début de la longue descente par le glacier noir.
Chacun a pu se mesurer à lui même, se dépasser et finalement se rendre compte que ce qu'on croyait inaccessible ne l'est pas à condition d'y mettre de la volonté.
Rendez-vous est pris pour une nouvelle aventure dans le quartier l'an prochain.

Quelques photos de plus sur l'album picasa