mardi 27 septembre 2011

Chantier Salle épisode 3


Maintenant que le mur de gauche est terminé et qu'on a apporté tous les matelas, on va pouvoir s'atteler à les mettre en place



Voilà notre le fruit de notre dernier chantier, un pan de 2,5m de large à 15° et un autre lui aussi de 2,5m de large à 35°






























 Si on passe derrière voilà à quoi ressemble la structure porteuse. L'ensemble est fixé en haut directement sur les poutres en mélèze et au sol sur un chevron chevillé à même le sol. Cette solution nous permet de ne pas solliciter le mur du fond qui n'est ici pas porteur.


 
 Les matelas, à poser en 3 épaisseurs, les deux premières en 15cm dans les mousses ci-dessus et la troisième dans une mousse légèrement moins dense en 10cm d'épaisseur. Au final 40cm de pur bonheur.


 

Voilà ce que ça donne une fois posé, dans le fond les trois épaisseurs, sur le devant uniquement les deux premières.



La suite est une autre partie de plaisir, découper les trois épaisseurs en tenant compte de l'angle du dévers pour pouvoir accéder aux  premières prises de pieds, sachant que le tout sera sertit dans une bâche qui viendra se fixer directement sur la structure.



 Les tapis étant maintenant en place, il faut s'occuper des bâches.




L'histoire est loin d'être simple. Il faut réussir à avoir une surface lisse et tendue avec notre structure toute biscornue, un vrai challenge. D'autant plus que comme nous n'avons pas fini tout l'aménagement, nous n'avons pas de structure sur tout le tour. Il faut donc composer, anticiper et éviter de faire des boulettes.

Préparer la bâche en sertissant les œillets
Pour le coin, nous avons fait un joli paquet cadeau


les parties complémentaires ont été découpées et œilletées avant d'être raccordées par collage



Pour l'instant il manque encore des bavettes qui doivent venir recouvrir les tendeurs et nous n'avons pas mis l'ensemble sous tension car la structure n'est pas terminée et qu'il manque donc les points d'accroche côté fenêtre
et voilà le résultat partiel. Ce sera vraiment tendu le jour où on aura terminé la structure