vendredi 16 juillet 2021

Ailefroide 2021

Le rassemblement 2021 organisé par le Comité Régional à Ailefroide aura été un grand cru et nous y étions !

Est-ce le fait de ne pas avoir pu profiter autant qu'on l'aurait souhaité de la montagne cette dernière année ?

Est-ce le fait que les grands ont passé une après-midi à jouer au loup-garou dans le dortoir du refuge du Sélé, dès le 2ème jour ?

Est-ce le fait que les jeunes commencent à se connaître ?

 Il faudrait peut-être analyser cela pour essayer de le reproduire les prochaines fois, mais en attendant ce rassemblement 2021 correspondait à l'image que se faisait Philippe des rassemblements. Du partage, des échanges, de l'entraide, des activités où chacun donne le meilleur de lui même avec le soutien des autres.

 


Cela implique que notre groupe ait été "disloqué" en fonction des choix d'activités des jeunes. Ils ont rejoints d'autres jeunes de leur age ayant les mêmes envies. Côté encadrants, il a fallu jongler et s'adapter mais finalement il n'y a eu ni erreur de casting, ni problème particulier. Les jeunes ont ainsi pu vivre le séjour qu'ils se sont construits.

Tous ont passé une nuit en refuge, mais pas dans le même. Les grands sont montés au Sélé, les plus jeunes sont allés au glacier blanc. Tous ont chaussé les crampons mais les itinéraires choisis ont aussi été différents. Du col du Sélé pour Gaël qui a mené sa cordée, à l'Ailefroide Orientale pour Léo, Gaspard et Liv (en cordée autonome avec Noémie du CAF Bessillon) en passant par le col du Monetiers pour Thomas ou par le col du glacier blanc pour Liz, Loane, Jeanne et Romane.

 
 Un peu de grande voie en réversible pour Léo (Songe d'une nuit de Sabbat, 6a, 200m) et en second Liv (Je ne courirai plus, 6a+, 170m).



 

De la via ferrata pour Romane, Liz, Romane, Thomas et Gaël (2x)







 

De l'escalade en falaise pour tout le monde.



 

Du bloc pour Léo, Liv, Jeanne et Gaspard




Mais aussi un peu d'escalade en salle et de la CO.

Sans oublier une soirée pizza et une soirée barbecue. On n'a pas eu trop de chance avec la météo et il a souvent fallu manger sous la tente à plusieurs reprises mais le plus important reste que les journées soient belles. Une seule après-midi de pluie pour laquelle on avait anticipé la montée en refuge au matin (pour les grands), les jeunes ont profité du mauvais temps pour empiler des longueurs à la salle du centre alpin de Pelvoux.







mercredi 26 mai 2021

Vers l'autonomie en alpinisme WE3

Après plus d'un an à attendre de pouvoir finaliser notre formation "Vers l'autonomie en alpinisme - Neige" nous voilà réunis avec ce qui reste de l'équipe. Non, ce n'est pas la COVID qui a décimé les troupes mais entre une chose et l'autre ça n'a pas été évident de trouver la date qui convenait à tous.
Après avoir suivi les évolutions météo et observé les conditions, nous avons convenu avec les stagiaires de rester ici, dans le Mercantour, car finalement la météo s'annonçait bien meilleure que plus au nord, mais aussi les conditions de ce printemps sont encore très correctes pour pratiquer l'alpinisme.
Rendez-vous fixé vendredi matin à Tende avec objectif de gagner le refuge de Valmasque. Depuis les côtes de Speggi, le refuge n'est pas à côté et avec les gros sacs (tout le matériel technique + la nourriture pour 4 jours) ça prend du temps. 
 
 

 
En arrivant sur Castérino, on a vraiment le sentiment d'être loin de tout, presque seuls au monde, mais aussi paradoxale que cela puisse paraître, c'est aussi un sentiment de liberté et d'autonomie qui gagne l'équipe.
Il y a bien quelques dégâts dans le Vallon de Valmasque mais ça n'a rien à voir avec ce qu'il y a en aval, il est vraiment urgent que des moyens soient mis pour désenclaver Castérino et lui rendre sa place.

 
Au refuge nous sommes seuls, si on ne compte pas les chamois, les bouquetins et les marmottes. Nous profitons de notre arrivée pas trop tardive pour faire quelques exercices de progression en pente de neige (relais sur corps mort, assurage à l'épaule...)

 
 Samedi, nous prenons la direction du pas est de Chamineye d'abord pour voir ce qu'il y a de l'autre côté puis après avoir observé les conditions et l'évolution du temps, nous nous sommes rabattus sur le couloir SSE de la cime Luisière. 300m de couloir de neige et une petite arête dans le vent. Redescente par le même itinéraire. Cette journée a été l'occasion de mettre en place ce que nous avions appris l'an dernier (progression corde tendue) mais aussi de progresser sur l'arête.
 
Le retour au refuge s'est fait les pieds mouillés et il nous a fallu un bon feu et quelques feuilles de journal pour faire sécher tout ça. A 22h on a eu la surprise d'entre du monde arrivé au refuge... A 4h30 quand on s'est levé pour notre journée suivante, nos 2 voyageurs de la nuit dormaient dans la salle commune, on espère ne pas avoir fait trop de bruit.
Dimanche matin, direction le couloir NO du Ste Marie qui déroule sa longue pente de neige avant deux petits ressauts mixte dans le haut. Apprendre ça prend du temps et il nous faudra un peu plus de temps que l'estimation pour sortir à la brèche mais ce n'est pas bien grave. 

 
De la brèche c'est le début d'une autre aventure puisque après avoir compulsé les cartes et topos, nous avions convenu que nous filerions vers les Merveilles pour tenter un des couloirs du Bégo le lendemain. Direction la cime Bicknell et la baisse de Fontanalbe par la crête avant de remonter à la baisse de Valmasque.
La descente sur le Merveilles ne pose pas de problèmes particuliers et les roches gravées commencent à poindre le bout de leur nez. Un rapide saut au refuge nous fait dire qu'on sera mieux un peu plus bas, à la cabane Sassi.
 
Le réveil mouillé de lundi nous repousse sous les couvertures et c'est sous la pluie que nous prenons le chemin du lac des Mesces et des côtes de Speggi.
Un gros week-end qui a fait du bien à tout le monde et une formation validée pour tous.